Agriculteur, Mais Quel Métier de Con!

Je dédie cet article à tous les agriculteurs et agricultrices qui pourraient tomber sur ce post par hasard.

 Et aussi à toutes celles et ceux qui penseraient encore que l’agriculture est un véritable Eldorado et que les paysans n’ont pas à se plaindre.

Il y a un petit moment que je voulais écrire un article sur ce sujet. Premièrement, parce qu’il correspond bien au thème de ce blog qui parle  de: « Travailler Pour Soi ».

Et deuxièmement, en tant que fils d’agriculteur ayant été chef d’exploitation agricole pendant 11 années.

…Et peut être que vers la fin de cet article certains agriculteurs en difficultés  pourrait bien trouver une porte de sortie leur permettant de rebondir ou, du moins, de retrouver un peu d’espoir.

Il y a 44 ans j’étais donc un paysan. Plusieurs difficultés successives et contraintes financières ont mis à mal mon envie et ma fierté d’exercer ce beau métier.

Je me rappelle de cette fin de journée du mois de novembre 1986. Je finissais de semer le blé dans le champ près de la maison.  Il faisait presque nuit, je m’apprêtais à faire le dernier tour de semoir.

J’ai arrêté le tracteur, je suis descendu et je me suis assis à même le sol, j’ai pris une poignée de terre entre mes mains,  je l’ai respiré une dernière fois…et je lui ai dis : « ça y est, je vais te quitter, c’est la dernière fois que je te cultive, un autre va bientôt me remplacer »

Après toutes ses années je me souviens de ce moment et j’ai encore l’odeur de la terre dans les narines. Pour un agriculteur, c’est un moment de séparation très pénible, aussi fort et semblable à la séparation d’un être cher.

Et c’est encore plus douloureux quand c’est vous qui rompez cette chaîne de transmission de la terre père/ fils qui remonte à plusieurs générations . En plus,  à cette époque, laisser sa ferme ça ne se fait pas. On nous regarde de travers et on cause dans notre dos. Il a tout bouffé comme on dit. Tout ça, vous le vivez très mal.

Aujourd’hui, et bien malheureusement,  on est habitué à voir les agriculteurs quitter – de force – leurs exploitations,  mais le mal être de ces paysans est bien réel. Pas étonnant que certains n’arrivent pas à accepter cette séparation insupportable à vivre qui les poussent parfois à faire l’irréparable. 

D’ailleurs ce qui est alarmant en France, c’est qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours.  Ce qui représente un taux supérieur de 20% au reste de la population.

Qui en est scandalisé ? Qui en est interpellé ? Qui en est révolté ?

Face à cela,  au premier BURN-OUT ( c’est le syndrome de l’épuisement , ça va faire sourire plus d’un agriculteur. C‘est surement mieux de dire: Burn-out que de dire: « je suis crevé ») à la Poste,  on en parle dans la presse et aux journaux télévisés. Le pauvre il est sous pression, il ne va pas bien, donnez lui 2 mois d’arrêt Docteur.

La malaise agricole demeure et s’aggrave

Je ne suis plus agriculteur,  mais mon âme est toujours très attachée à la terre. Je suis de prés l’évolution du monde paysan et je me rends compte qu’il va de plus en plus mal.

quel metier apres avoir ete agriculteur, faire autre chose que agriculteur, quoi faire après etre agriculteur,  arret agriculteur,  marre agriculteur, plus d'argent agriculteur, changer de metier d'agriculteurBeaucoup d’agriculteurs ne gagnent pas le smic. Quant tout est payé il reste à peine 2 à 300 euros net par mois…

Et attendez. D’après les dernières informations leur revenu ne cesse de diminuer depuis 3 ans sous l’effet de la baisse des prix.

Alors là, c’est le comble,  comment un revenu qui n’existe pas peut encore être diminué ?

Ainsi, près d’un agriculteur sur trois n’arriverait plus à se verser de salaire.

On peut vraiment crier au scandale et à l’indignation… ça en devient de la maltraitance organiser.

Et puis je le répète pour ceux qui n’auraient pas bien lu:

 Un Agriculteur se suicide tous les deux jours.
Soit environ 180 paysans qui se donnent la MORT chaque ANNÉE !

IL N’Y A QUE MOI QUE CA CHOQUE ICI ?!?

Qui s’en préoccupe ? Qui s’en intéresse ? Qui en est interpellé?  Qui en parle ?

Car à coté de ça, le moindre écart de salaire de quelques euros à la SNCF ou dans n’importe quelle grande entreprise, le moindre avantage un peu bafoué et c’est un défilé de manifestants criants bien haut, pancartes à la main, leur indignation, leur honte.

Oh scandale !   Vous vous rendez compte, quelle injustice,  mais comment vont-ils faire pour y arriver et pour vivre décemment.

 Mais il faut tout casser, faire grève, bloquer les trains et les avions,  en un mot faire CHIER  tout le monde en prenant les gens en otages… car EUX,  ils ont des moyens de pression que d’autres n’ont pas.

L’agriculteur en difficulté lui, il peut bien gueuler dans son champs ou dans sa cours de ferme,  personne ne l’écoute. D’ailleurs, il n’ose même pas en parler car il pense que la situation  déplorable dans laquelle il se trouve est de sa faute.

Il est tout seul dans sa galère. Et dans ses moments là on ne peut même pas compter sur la solidarité agricole (qui n’existe pas)  puisque ses terres sont déjà observées à la lunette par les agriculteurs voisins avides d’agrandissement terrien. 

La mise à mort de l’agriculteur

agriculteur quel metier de con, agriculteur se meurt, agriculteur en diificulté, agriculteur expulsé, agricuteur malade, paysan faingnant, les agriculteur se plaignent, agricultuer malaiseUn agriculteur en difficulté n’offusque quasiment personne. La société s’en fou, on le laisse dans son malheur et dans toute sa merde.

En plus,  dans ces moment là, il  n’y a pas de sentiments qui tiennent. Tout le monde lui tombe dessus à bras raccourcis…

Le banquier en priorité ( ceux là ce sont des enfoirés de première), les fournisseurs, les organismes sociaux… brefs tous les créanciers qui espèrent bien presser encore plus le pauvre agriculteur dans l’infime espoir de récupérer le peu de jus « d’oseille » qui lui resterait quelque part en le faisant cracher au bassinet.

Tu n’as plus de sous… et ben on s’en fou,  tu vas quand même en donner.

TU as un genou à terre… et ben tu vas mettre les deux.

Pourtant, quand on lui demande: « comment ça va ? ». Il répond avec un grand sourire : « Ça va bien ».  Un peu pour y croire peut être encore, se donner quelques espoirs…  mais surtout pour ne pas alarmer ses proches.

Mais au fond de lui c’est une profonde angoisse, une grande tristesse permanente qui le tenaille, le vieillit et lui noue les entrailles jours et nuits.

A ce propos, je voudrai vous parler de Jean-Pierre Le Guelvout, 46 ans, un agriculteur parmi tant d’autres, épuisé physiquement, qui a décidé d’en finir avec la vie le 14 décembre 2016. Avant de se donner la mort avec son fusil de chasse il a écrit ces dernier mots: « Les vaches m’ont tué ».

En parlant de « vache » je ne sais pas s’il fait uniquement allusion à l ‘animal, mais à mon avis cela regroupe aussi pas mal de monde. En tous cas on est libre de le penser… mais ce n’est que mon avis.

Parfois les agriculteurs se révoltent. Ils ont raison. A mon avis ils devraient le faire plus souvent. Mais le paysan ne peut pas faire grève, et s’il le pouvait ça emmerderait qui ?  Il va bien barrer une route ou deux de temps en temps, éprendre du lisier ici et là, coller des affichettes pour montrer sa colère.

Mais contrairement à un salarié de la SNCF lui, l’agriculteur, il doit rentrer bosser pour soigner ses bêtes. C’est pour cela que leurs actions de revendications, bien souvent, tournent court et ont peu d’impact sur la société… qui s’en fou.

Ou est le problème ?

Pour comprendre un peu la situation des agriculteurs et pour faire simple,  il faut savoir qu’ils ne sont pas maître du prix de vente de leurs produits. C’est une des raisons du problème, mais ce n’est pas la seule.

Pour cela, ils sont entièrement dépendants des décisions de Bruxelles, de l’évolution des marchés qui spéculent sur leurs produits ( qui gagnent de l’argent… eux !), et des stocks européens des différents denrées.

En d’autres termes, l’agriculteur travaille comme une bête plus de 80 heures par semaine sans connaitre à l’avance le prix qu’il va vendre son blé, sa viande ou son lait.

C’est tout simplement Aberrant !

Non mais… dites moi quels dirigeants de n’importe quelles PME accepteraient de travailler de la sorte.

…Dites le moi !!!

Alors,  dans ces conditions.  Agriculteur, ce n’est pas un métier de CON ?

Alors maintenant, pour ceux qui sont dans l’obligation d’arrêter leurs exploitations agricoles, je sais dans quelle situation vous êtes.  Plus de travail et pas de chômage (en voila encore une belle injustice) et pas d’idée pour rebondir.

Vous pouvez donc trouver sur ce blog différentes idées de créations d’entreprises artisanales et commerciales… mais aussi des business à développer sur internet.

Si c’était refaire, j’opterai pour internet pour de multiples raisons. Je pourrai vous l’expliquer mais ce n’est pas le but de cet article.

Quand j’ai quitté ma ferme je me suis retrouvé du jour au lendemain : sellier garnisseur. J’ai créé ensuite une activité dans le loisir  qui est toujours en activité, ce sont mes fils qui la gère. Vous voyez on peut toujours se lancer et s’adapter à un nouveau métier ou activité.

Si vous voulez réagir sur cet article, vous pouvez laisser votre commentaire ci-dessous, vous pouvez aussi le liker ou encore le partager.

Vous pouvez aussi me contacter personnellement via le formulaire de contact en haut de page

Je souhaite un immense courage à tous mes amis(es) paysans.

Michel

3 commentaires à propos de “Agriculteur, Mais Quel Métier de Con!”

    • Merci pour votre retour « les elles de la Terre » Bravo également pour votre association qui a certainement une grande utilité en tant qu’aides diverses et soutien physiologique dans ce monde agricole en plein désarroi. Enfin des personnes qui prennent pleinement conscience de la situation plus que dramatique que vivent ces agriculteurs et agricultrices au quotidien. Il en faudrait encore plus des femmes comme vous. Un grand bravo et félicitations à vous Mesdames. Et en plus vous êtes de ma région d’Anjou… je suis proche de Segré 🙂

      Très bonne continuation à votre association : http://www.les-elles-de-la-terre.fr. Je suis de tout cœur avec vous.
      Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.